Bibeau et les Libéraux s’engagent pour la sécurité alimentaire

Bibeau et les Libéraux s’engagent pour la sécurité alimentaire

10 septembre 2021

De passage au Centre de valorisation de l’aliment de l’Estrie, Marie-Claude Bibeau, candidate libérale dans Compton-Stanstead, accompagnée de sa collègue dans Sherbrooke, Élisabeth Brière, a annoncé qu’un gouvernement libéral investira 1 milliard de dollars dans un programme national de repas nutritifs dans les écoles.

Ce programme dont le financement sera assuré pour les cinq prochaines années découlera de la Politique alimentaire du Canada. « Actuellement, plus de trois millions d’enfants au Canada vont à l’école sans avoir un accès garanti à des aliments nutritifs. L’engagement libéral a été salué par le Club des petits déjeuners et je crois que cette mesure rendra les enfants mieux disposés à apprendre tout en contribuant à diminuer le stress au sein des familles », a déclaré Marie-Claude Bibeau.

Celle qui a lancé la Politique alimentaire du Canada à titre de ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire en 2019 a tenu à souligner que des investissements de 50 millions de dollars ont permis, par l’entremise du Fonds des infrastructures alimentaires locales qui visent à soutenir les organismes qui œuvrent à la sécurité alimentaire, de réaliser d’importants projets dans la région comme ceux des Cuisines collectives du Haut-Saint-François et des Maisons des jeunes de Coaticook et de Rock Forest.

Marie-Claude Bibeau a également annoncé que l’équipe libérale s’engage à créer un nouveau Fonds alimentaire sans déchets pour aider à bâtir une économie alimentaire circulaire au Canada – où aucun aliment n’est gaspillé, de la ferme à la table. « Le Fonds aidera les acteurs de la chaîne d’approvisionnement alimentaire à commercialiser et à adopter des moyens pour éliminer, réduire ou réutiliser les déchets alimentaires », a précisé la candidate libérale dans Compton-Stanstead.

Le fondateur du Centre de valorisation de l’aliment de l’Estrie, Monsieur Ashley Wallis, estime que l’engagement énoncé par Madame Marie-Claude Bibeau de créer un Fonds alimentaire sans déchets correspond tout à fait au travail que le CVA mène et souhaite encore intensifier. « Toutes les contributions à l’élimination des pertes alimentaires et à leur valorisation au bénéficie de la collectivité sont bienvenues tant pour le CVA que pour l’ensemble de notre société qui ne doit plus tolérer le gaspillage » a précisé monsieur Wallis.

Issue d’une consultation menée auprès de plus de 45 000 personnes, la Politique alimentaire du Canada veut donner accès à tous et à toutes, à une quantité suffisante de nourriture saine et culturellement diversifiée. « Je crois à cette vision, je crois à ce qu’elle représente dans la vie de l’ensemble des Canadiennes et Canadiens et je me présente à l’élection fédérale du 20 septembre prochain pour la réaliser », a conclu Marie-Claude Bibeau.

À propos de Marie-Claude Bibeau

Marie-Claude Bibeau a été élue députée de la circonscription de Compton-Stanstead à la Chambre des communes en 2015 et réélue en 2019. Au cours de ses deux mandats, madame Bibeau a occupé les fonctions de ministre du Développement international et de la Francophonie et elle est la première femme à avoir été nommée ministre de l’Agriculture dans l’histoire du Canada.

À propos du Centre de valorisation de l’aliment de l’Estrie

Le CVA Estrie est un complexe alimentaire qui agit comme un intermédiaire de coordination entre les producteurs régionaux, les fournisseurs et les clients, y compris les institutions, les entreprises de services alimentaires, les points de vente au détail et les consommateurs finaux. Les centres alimentaires contribuent au renforcement des aliments locaux et régionaux ainsi qu’aux objectifs communautaires plus vastes de santé et de développement durable. Depuis maintenant deux ans, c’est plus de 40 entreprises qui ont bénéficié des lieux et infrastructures ainsi que des divers programmes pour faire croitre leur entreprise. Le CVA se positionne comme un facilitateur et acteur stratégique de l’écosystème bioalimentaire local.